Acheter une maison de vacances entre amis : bon ou mauvais plan ?

  1. Accueil
  2. Le droit décrypté
  3. Immobilier
  4. Acheter une maison de vacances entre amis : bon ou mauvais plan ?

Avec l’augmentation des prix de l’immobilier, de nombreux couples d’amis investissent ensemble dans une résidence secondaire. Cela est souvent avantageux financièrement, car cela permet d’avoir un bien plus grand et/ou mieux placé. Pour autant, il convient d’être prudent pour éviter toutes déconvenues.  

Investir à plusieurs permet d’avoir à disposition un budget plus conséquent, une piscine, un grand jardin, une vue mer… Pour autant, ce type d’achat se fait très souvent en indivision et cela peut représenter un risque à terme, notamment lorsque les personnes ne s’entendent plus. 

Acheter un bien à plusieurs en indivision 

Me Laurence Briday, notaire chez Notaires Office, définit l’indivision : « C’est acheter à plusieurs une quote-part indivise. Par exemple, on achète un bien 400 000 €, on est 4 et chacun possède ¼ soit 100 000 €. » En effet, en indivision, on est propriétaire personnellement du bien immobilier.  

Le risque forcément est la mésentente entre propriétaires, comme le confirme Me Briday : « Le danger c’est la fâcherie, évidemment, on se fâche pour une raison ou pour une autre. Et donc un seul peut mettre en vente, obliger la vente des autres. » Si l’entente n’est plus là, il faut donc trouver un compromis : soit vendre la maison et se partager le prix de vente, soit racheter la part de l’autre, soit diviser le bien immobilier en 2 par exemple quand cela est possible.  

Pour anticiper les conflits, il est possible de mettre en place une convention d’indivision, comme l’explique Me Marlène Chalopin, notaire chez Notaires Office : « Dans la convention d’indivision, plutôt que de laisser la loi décider, on va dire qui fait quoi. Par exemple, on va dire que le couple A s’occupe de l’entretien des espaces verts et qu’ils ont la maison tout le mois de juillet. On va aussi dire que le couple B s’occupe de mettre en ligne les annonces et qu’ils ont la maison tout le mois d’août. Cela va permettre d’organiser, de prévenir les litiges. »  

Investir dans une résidence secondaire avec une SCI 

En alternative à la convention d’indivision, il est possible de créer une Société Civile Immobilière ou SCI. Me Marlène Chalopin précise : « Dans la SCI, on n’est pas propriétaire personnellement du bien, c’est la SCI qui le détient. Les associés se partagent des parts. Avec la société, on peut également structurer pour éviter les litiges. » 

En effet, la société civile offre la possibilité de structurer, d’encadrer, de mettre des règles d’entrée et de sortie, de nommer un chef qui s’appelle un gérant. La SCI aura son propre compte bancaire qui permettra de gérer les frais inhérents à sa bonne gestion.  

Investissement immobilier entre amis : indivision ou SCI ?  

Les deux modes d’acquisition sont différents. L’essentiel est de bien réfléchir, en amont, à toutes les éventualités lorsqu’on effectue ce type d’achat, notamment aux litiges potentiels. Pour Me Marlène Chalopin : « A minima, en indivision, il faut faire une convention d’indivision. C’est le minimum syndical ! C’est comme un règlement intérieur. La SCI sera privilégiée si les couples d’amis veulent acquérir plusieurs biens ou pour anticiper un décès. On voit le cas parfois au sein de jeunes couples : en cas de décès, les héritiers mineurs ne rentrent pas dans la société, à l’inverse de l’indivision. Cela protège le reste des propriétaires de parts. » 

A RETENIR : investir entre amis peut faire rêver car cela permet d’obtenir un bien immobilier plus conséquent. Pour autant, cela nécessite d’être prudent et d’anticiper les mésententes, de prévoir le décès, la gestion de l’occupation, les travaux… Spécialiste du droit immobilier, votre notaire vous accompagne dans ce type de projet pour vous aider dans l’organisation du mode de détention, pour qu’il soit le plus serein possible.   

L'équipe Rédactionnelle De Notaires Office

Les articles sont rédigés sous l’égide de la Commission Communication de la coopérative Notaire Office.

Autres articles pouvant vous intéresser

Crédit immobilier : hypothèque ou caution bancaire ?

Faut-il payer les études d’un enfant “Tanguy” de 28 ans ?

Pin It on Pinterest

Share This